Tout savoir sur l’acide linoléique

acide linoléique

L’acide linoléique est un acide gras essentiel de la famille des oméga-6. Il intervient dans de nombreuses fonctions physiologiques telles que la fabrication de la membrane cellulaire, et on le trouve principalement dans les huiles végétales. Présentation de cet acide gras par Lætitia Matrat, diététicienne nutritionniste DU.

Qu’est-ce que l’acide linoléique ?

L’acide linoléique est un acide gras polyinsaturé à longue chaîne, de la famille des oméga-6. Sa désignation biochimique est 18:2 (n-6). 18 correspond au nombre d’atomes de carbone et 2 au nombre de liaisons. Cet acide gras est dit essentiel car il ne peut être synthétisé par l’organisme. Il est donc nécessaire d’avoir un apport en acide linoléique via une alimentation adaptée (principalement des huiles végétales, voir plus bas).

Le corps utilise cet acide gras en le transformant en acide gamma-linolénique (GLA) grâce à une réaction enzymatique. Le GLA permet quant à lui la synthèse d’acide eicosapentaénoïque (EPA), un acide gras polyinsaturé à longue chaîne de la famille des oméga-3.

Précurseur de la famille des oméga-6, l’acide linoléique permet à l’organisme de synthétiser d’autres acides gras oméga-6, tel que l’acide arachidonique.

Rôles de cet acide gras

L’acide linoléique intervient dans de nombreuses fonctions physiologiques. Il est impliqué dans le fonctionnement du système immunitaire, dans la réponse inflammatoire, et dans la fabrication de la membrane cellulaire.

Un très faible apport tout comme un excès en acide linoléique est délétère en ce qui concerne le risque cardiovasculaire. Un taux trop élevé favorise l’oxydation des lipoprotéines qui les rendent athérogènes.

Les acides gras polyinsaturé tel que l’acide linoléique sont susceptibles de subir le phénomène de peroxydation lipidique. Ce mécanisme conduit à une oxydation de l’acide gras qui va altérer les propriétés qualitatives de l’aliment (rancissement). Si l’oxydation s’opère sur nos membranes cellulaires qui sont riches en phospholipides, elle va détériorer sa fonctionnalité : modification de sa fluidité et de sa perméabilité. Si l’oxydation se produit sur les lipoprotéines LDL (mauvais cholestérol) qui sont aussi riches en phospholipides, cela va provoquer la formation de LDL oxydées qui seraient favorables à l’athérogenèse (dépôt de plaques riches en lipides dans les artères).

Aliments riches en acide linoléique

Les valeurs ci-dessous renseignent sur le taux d’acide linoléique pour 100 grammes d’aliment1 :

  • Huile de pépin de raisin : 65,6 g/100 g.
  • Huile de tournesol : 57,4 g/100 g.
  • Huile de noix : 53,6 g/100 g.
  • Huile de maïs : 52,8 g/100 g.
  • Huile de soja : 51,5 g/100 g.
  • Noix, séchée, cerneaux : 38,3 g/100 g.
  • Tournesol, graine : 33,8 g/100 g.
  • Huile d’argan : 33 g/100 g.
  • Margarine à 80 % MG, au tournesol, en barquette : 31,1 g/100 g.
  • Mayonnaise (70 % MG min.) : 30,1 g/100 g.
  • Pignon de pain : 27,8 g/100 g.

Article écrit avec la collaboration de Laetitia MATRAT, diététicienne-nutritionniste DU.

Sources :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A propos de Personal Sport Trainer

Personal Sport Trainer est un réseau de coachs sportifs à domicile professionnels. Retrouvez toute l'équipe de coachs sur www.personal-sport-trainer.com.

One comment

  1. Merci pour votre article mais à ma connaissance l’acide linoleique est bien à l’origine de l’acide gamma-linolenique mais ce dernier n’est pas un précurseur d’EPA ( c’est l’acide alpha-linoleique ou ALA qui l’est). L’ALA tout comme l’acide gammz-Linolenique sont tous les 2 des précurseurs de molécules anti-inflammatoires et anti-aggregantes (PG1 et PG3).
    C’est plutôt un autre type d’oméga 6 qui est nefaste: l’acide arachidonique (qui lui est à l’origine de médiateurs PG2, pro inflammatoire).
    SI l’acide gamma-linolenique peut effectivement être transformé en acide arachidonique, cette réaction reste largement minoritaire par rapport à nos apports alimentaires (graisses animales souvent absorbées en trop grandes quantités ).
    Il faut donc veiller à absorber suffisammentre d’oméga-3 et d’omega-6 d’origine végétales tout en essayant de maintenir un ratio omega6/omega3 de 1/3 à 1/5 max ( il est actuellement plutôt autour de 1/12 à cause de trop forts apports en acides arachide niques et surtout de trop faibles apports en omega-3)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *