Maigrir sans regrossir, est-ce possible ?

maigrir sans regrossir

Le Zermati nouveau est arrivé ! Lisez Jean-Philippe Zermati ! Vous n’y serez sans doute guère encouragé par un titre passe-partout (Maigrir sans regrossir, est-ce possible ?) et une couverture qui ne l’est pas moins (une tomate encerclée d’un mètre de couturière). Pourtant le contenu est révolutionnaire ! Article réalisé par le Docteur Gérard Apfeldorfer, psychiatre spécialisé dans les troubles du comportement alimentaire.

Vous y apprendrez tout d’abord pourquoi les régimes amaigrissants sont des miroirs aux alouettes – ou bien des pièges à c… pour parler plus crûment – dans lesquels l’humanité à rondeurs et poignées d’amour tombe depuis des millénaires. Au début, tout paraît simple : pour maigrir, il suffit d’écarter les aliments grossissants et d’augmenter ses dépenses. Hippocrate et Galien y avaient déjà pensé, et après eux, tous les médecins lipophobes, ainsi que tous les charlatans qui promettent la minceur facile.

Au début, effectivement on maigrit, et c’est bien pour cette raison que les régimes ont tant de succès. Mais ensuite, inéluctablement, on regrossit, et c’est là que le piège des régimes referme ses crocs voraces sur le malheureux candidat à la minceur : puisque cela a marché une première fois, on pense donc qu’on a regrossi par erreur, ou par maladresse, et qu’il convient de reproduire la procédure, encore et encore. On essaie un régime, puis un autre, un médecin, puis un autre, un gourou, puis un autre, pour finir par s’apercevoir qu’après tous ces régimes, on est bien plus gros qu’avant.

Nos gouvernants, sans doute mal conseillés, un corps médical manquant trop souvent de courage, une presse parfois hystérique, mettent eux aussi leur grain de sel, et encouragent les citoyens à exercer un contrôle mental sur leur alimentation.

pulsion alimentaire

Jean-Philippe Zermati nous explique pourquoi ce contrôle mental, qu’il paraît si logique de demander à tout un chacun, qui est si efficace à court terme, ne peut en aucune manière fonctionner sur le long terme.

Pour ce faire, notre bon ami recourt à la cybernétique, c’est-à-dire à la science du contrôle de l’information. Nous avons en nous de puissants systèmes agissants, qui font en sorte que nos besoins soient à même de contrôler nos comportements alimentaires. Ainsi, le poids, ou plutôt la quantité de graisses du corps, peuvent rester étonnamment stables, les apports en nutriments et micro-nutriments se font en fonction des besoins, nous pouvons manger souplement en société, et nous en sommes heureux.

L’auteur détaille et explique ce qui nous fait manger et parfois surconsommer, distingue ce qui nous motive de ce qui nous conduit à prendre la décision de manger. Il différencie plusieurs catégories de mangeurs pathologiques : tout d’abord le « mangeur rationnel », qui exerce un contrôle mental (ce qu’on nomme habituellement la restriction cognitive) qui tente de discipliner son comportement alimentaire, mais qui ne parvient qu’à le dérégler. Ensuite le « mangeur émotionnel », qui est par exemple intolérant à ses émotions et qui utilise ses conduites alimentaires pour tenter de les contrôler.

choix alimentaire

Un des éléments les plus intéressants de ce livre est la façon dont l’auteur précise des concepts habituellement confondus, ou bien qui restent dans le flou. On parle par exemple habituellement de « faim », aussi bien en faisant référence à un besoin énergétique qu’à un besoin en certains nutriments, voire un besoin psychologique et émotionnel.

Zermati propose une terminologie pour chaque besoin énergétique, nutritionnel, social ou émotionnel, de telle sorte qu’on sache enfin de quoi on parle. Par exemple, le besoin énergétique correspond à un déficit énergétique, la faim signale son apparition, le soulagement signale sa diminution et la satiété signale sa disparition. Ou, en ce qui concerne les besoins émotionnels, c’est l’appréciation négative d’une situation qui sert de démarreur, une tension signale son apparition, le réconfort signale sa diminution et la détente signale sa disparition. Et ainsi de suite.
Tout cela pourrait paraître bien pointilleux. Il s’agit pourtant d’une nécessité méthodologique et cet effort de vocabulaire serait très certainement salutaire si physiologistes et psychologues s’en emparaient.

Mais, me direz-vous, cela nous dit-il comment s’y prendre pour échapper à la logique implacable des dérèglements alimentaires et pondéraux ? En fait, oui : les problèmes étant complexes, ils nécessitent qu’on en aborde les différents composants. La restriction cognitive, ou contrôle mental, nécessiteront une thérapie visant à apaiser la relation aux aliments, à permettre l’écoute et le respect des sensations et des émotions alimentaires ; les problèmes émotionnels, qu’ils soient d’ordre dissociatif, dus à une alexithymie, ou une intolérance aux émotions ou encore à un manque d’habiletés sociales, devront être pris en charge par une méthode ou une autre ; enfin, comme en matière de poids, le désirable et le possible doivent être distingués, il faudra bien souvent aider les personnes en souffrance avec leur poids à accepter les réalités biologique, psychologique et sociale qui leur sont propres.

balance maigrir

Même si l’auteur prend soin d’émailler son texte de nombreux exemples concrets tirés de son expérience de thérapeute, ce qui permet de mieux saisir où il cherche à nous amener, il n’en reste pas moins que le sujet est ardu. Il ne paraît pas très raisonnable qu’un tel livre soit confondu avec les marronniers du printemps, ceux qui nous proposent de multiples recettes pour avoir l’air pimpant(e) dans notre maillot de bain cet été.

Cet ouvrage intéressera sans doute en premier lieu les déçus des régimes, ceux qui veulent comprendre l’engrenage dans lequel ils se trouvent et qui sont à la recherche d’une porte de sortie. Et bien évidemment, les médecins et autres professionnels concernés devraient en faire leur livre de chevet et lire ce livre un crayon à la main.

Voilà qui risque de faire carburer vos neurones ! Certains le regretteront sans doute : la déperdition énergétique en est négligeable et ne permet guère de perdre du poids. Malgré cela, l’effort n’est pas vain. Après ce travail de lecture, on se sent les idées claires, et plus intelligent. Les professionnels prendront leur tournant, comme je l’espère, et les patients s’impatienteront, comme je l’espère aussi.

Dr Gérard Apfeldorfer

Maigrir sans regrossir, est-ce possible ? Dr Jean-Philippe Zermati. Éditions Odile Jacob, 2009
Achetez ce livre ici

Les docteurs Adfeldorfer et Zermati sont les fondateur de la méthode Linecoaching, une méthode pour maigrir sans régime.

Alimentation + sport : un cocktail efficace pour maigrir !

Dans une démarche de perte de poids, en parallèle d’une alimentation saine et équilibrée, la pratique régulière d’une activité physique est indispensable pour augmenter sa dépense énergétique et et garder un corps tonique. Nous vous conseillons ainsi de pratiquer au minimum 2h de sport par semaine. Notre équipe de coachs sportifs est à votre disposition pour vous accompagner dans la réalisation de vos objectifs. Accéder à notre site

A lire également :

Enregistrer

A propos de Personal Sport Trainer

Personal Sport Trainer est un réseau de coachs sportifs à domicile professionnels. Retrouvez toute l'équipe de coachs sur www.personal-sport-trainer.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *