Quel statut juridique choisir pour exercer en tant que coach sportif indépendant ?

statut juridique coach sportif

Avant même de commencer son activité, le coach sportif va devoir choisir le statut juridique sous lequel il exercera son activité. Cette décision est déterminante car elle définira le cadre juridique dans lequel vous pourrez exercer. Découvrez les différentes solutions qui s’offrent à vous…

Qu’il soit exercé à domicile, en entreprise ou dans toute autre structure, le coaching sportif est une activité libérale. Si vous souhaitez exercer en toute légalité il faudra donc s’enregistrer au Centre de Formalités des Entreprises (CFE) de l’URSSAF.

Vous aurez le choix entre les différents statuts juridiques suivants avant de démarrer votre activité de coach sportif :

  • L’auto-entreprise (auto-entrepreneur)

C’est le statut le plus simplifié, il peut convenir si vous débutez votre activité de coach sportif ou que vous réalisez un Chiffre d’Affaire annuel inférieur à 33 100 euros.

Le gros point noir du statut d’auto-entrepreneur est que vous ne pouvez pas déduire vos frais professionnels (déplacement, achat de matériel, communication, local professionnel, etc.) ni vos charges sociales. Vos charges sociales sont calculées à partir de votre Chiffre d’Affaire, et s’élèvent à +/- 23 % du montant des recettes réellement encaissées. En savoir +

  • L’entreprise individuelle (EI)

En tant que coach sportif, vous pouvez créer votre entreprise individuelle en Bénéfices Non Commerciaux (BNC).

Ce statut est totalement adapté pour exercer le métier de coach sportif en tant que Travail Non Salarié (TNS). Les charges sociales sont ici calculées en fonction du bénéfice, et non du Chiffre d’Affaire comme pour le statut d’auto-entrepreneur, ce qui vous permet donc de déduire tous vos frais professionnels ainsi que vos charges sociales.

Par contre le système de calcul et de recouvrement des charges sociales est assez complexe et loin d’être optimal. En effet, les charges prévisionnelles sont calculées à partir des revenus à N-2, puis régularisées en fin d’année selon les revenus déclarés à N-1. Celà signifie que si vos revenus varient fortement d’une année sur l’autre il faudra anticiper le paiement et les régularisations de charges afin de ne pas se retrouver dans le rouge (en savoir +). Pour éviter cette situation il existe une solution : passer à une comptabilité “Créances-Dettes”, ce qui vous permet de provisionner vos charges sociales et ainsi de lisser vos appels de charges, contrairement à la comptabilité “Recettes-Dépenses” associée traditionnellement avec le statut d’entrepreneur individuel.

Autre inconvénient, vos patrimoines individuels et personnels sont juridiquement confondus, ce qui signifie qu’en cas de problème vous serez responsable des dettes de votre entreprise sur l’ensemble de vos biens. Un inconvénient à relativiser toutefois, car le métier de coach sportif nécessite peu d’investissement, donc peu de risques financiers.

Conseil : Si vous optez pour la création d’une EI, pensez à adhérer à un Centre de Gestion Agréé (CGA) afin d’éviter d’être imposé à 125 % de votre résultat imposable. En savoir +

  • L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

A mi-chemin entre l’EI et l’EURL, l’EIRL propose les mêmes bases que l’EI avec l’avantage de protéger votre patrimoine personnel, en le séparant de votre patrimoine professionnel. Ce statut a peu d’intérêt si vous proposez uniquement du coaching sportif à domicile, il pourra toutefois se justifier si vous investissez davantage dans le développement de votre activité (matériel, local, véhicule…).

  • L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)

Il s’agit d’une SARL à associé unique.

Tout comme l’EIRL, vos patrimoines personnel et professionnel sont séparés, par contre vous avez la possibilité de vous verser librement votre rémunération si vous optez pour l’Impôt sur les Sociétés (IS). Avec ce régime, contrairement à l’IR (Impôt sur les Revenus) où les bénéfices de l’entreprise constituent vos revenus, vous avez la possibilité de mettre une partie de vos bénéfices en réserve et de déduire votre rémunération du bénéfice de la société.

La création et la gestion administrative d’une EURL est toutefois plus contraignante qu’une EI, et nécessitera l’accompagnement d’un expert comptable.

Pour aller plus loin : EURL ou entreprise individuelle : quel statut choisir ?

  • La Société par Action Simplifiée Unipersonnelle (SASU)

Ce statut permet une plus grande liberté juridique mais il est beaucoup plus coûteux que l’EURL si vous souhaitez simplement proposer vos services en tant que coach sportif indépendant.

La grande différence entre l’EURL (ou l’EI) et la SASU est que dans le premier cas vous êtes assimilé à un Travailleur Non Salarié (TNS), tandis que dans le second vous êtes dirigeant assimilé salarié, ce qui nécessite l’établissement d’une fiche de paie.

Pour aller plus loin : Qu’est ce que la SASU ?

Avant de débuter votre activité, n’oubliez pas de vous assurer !

Une fois votre statut juridique choisi, pensez à souscrire à une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RC Pro). Celle-ci est obligatoire pour exercer le métier de coach sportif. Là encore, renseignez-vous sur les conditions générales et particulières proposées. De nombreux assureurs non spécialisés proposent des couvertures insuffisantes. De part leur sérieux, leurs compétences et surtout leur spécialisation dans notre domaine d’activité, n’hésitez pas à contacter Assur Coach Sportif à contact@assur-coachsportif.com, et bénéficiez de 10 % de réduction sur l’ouverture d’un nouveau contrat avec le code PERSONALSP sur leur site : www.assur-coachsportif.com

A lire également :

A propos de Personal Sport Trainer

Personal Sport Trainer est un réseau de coachs sportifs à domicile professionnels. Retrouvez toute l'équipe de coachs sur www.personal-sport-trainer.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *